allaiter des jumeaux c’est possible

Articles de presse

Faire bénéficier les jumeaux du lait de leur mère est d’autant plus justifié que ce sont souvent des bébés prématurés.

Une stimulation adéquate des seins par les deux bébés permet de fabriquer du lait aussi facilement pour deux bébés que pour un seul. Les règles d’or de la première tétée, l’absence de limitation de nombre et de durée des tétées dans les premières semaines, restent valables. Il convient de trouver les positions et les rythmes de tétées les plus adaptés à la présence de deux bébés.

Les difficultés d’apprentissage rencontrées sont celles de la prématurité.

CHAQUE FOIS QUE POSSIBLE IL EST SOUHAITABLE DE FAIRE TÉTER LES BÉBÉS ENSEMBLE

La stimulation simultanée des aréoles au cours d’une même tétée permet une réaction ocytocique deux fois plus importante et accroît la sécrétion de prolactine. Le flux de lait éjecté est alors plus puissant et la synthèse du lait augmentée.

Toutes les femmes peuvent allaiter, quelle que soit la taille ou la forme des seins.
C’est pendant la grossesse et après l’accouchement que les seins se préparent à l’allaitement.

La préparation des seins à l’allaitement

Le développement des canaux galactophores se produit pendant la grossesse sous l’action des œstrogènes et de la progestérone (hormones d’origine ovarienne et placentaire) qui développe les « acini » (autres noms des canaux galactophores).

La production de lait, quant à elle est sous la dépendance de la prolactine (hormone hypophysaire) dès le 5e mois de la grossesse. Ce qui explique que certaines femmes voient perler quelques gouttes de colostrum à partir du second trimestre de la grossesse.

À ce stade, la prolactine est encore bloquée par les hormones placentaires.
Au moment de l’accouchement, alors que le placenta disparaît, l’inhibition de la prolactine est levée, et elle agit sur les glandes mammaires qui ont été préparées pendant la grossesse.

Enfin, une deuxième hormone : l’ocytocine favorise le mécanisme de l’évacuation, et l’entretien de la sécrétion du lait.

Ce mécanisme n’est induit que par la succion du mamelon.

Les deux hormones : ocytocine et prolactine sont synthétisées dans l’hypophyse, structure cérébrale en lien avec différentes parties du cerveau, ce qui explique l’influence des émotions sur la production de lait.

La production de lait au moment de la tétée :

C’est la préparation des canaux galactophores qui entraîne l’augmentation du volume des seins pendant la grossesse, mais aussi au moment de la montée de lait.
Il n’y a pas de réserves de lait dans la poitrine entre 2 tétées, ou presque …

En fait, le délai de « fabrication » du lait – entre le moment où le bébé commence à téter, et le moment où le lait arrive dans sa bouche – est de 30 secondes à 1 minute (parfois plus quand des facteurs de stress rentrent en ligne de compte …).

Et, parce que la nature est terriblement bien faite, juste derrière le mamelon, sous l’aréole, les acini ont une petite dilatation qui permet de conserver 10 à 20 centilitres de lait (pauvres en protéines, et en graisses) qui permet au bébé de patienter jusqu’à l’arrivée du lait nouvellement fabriqué !

Pour beaucoup de femmes, le simple fait d’entendre leur bébé pleurer, ou le simple fait de poser la tête de leur bébé dans le creux de leur cou, provoque la synthèse du lait ! Dans ce cas, il n’y a même pas de délai d’attente pour la petite crevette …

Et souvent, le lait arrive sans même qu’il n’y ait demande de la part du bébé …

C’est une perfection !

Remarque sur l’ocytocine :

L’ocytocine ne permet pas seulement l’évacuation du lait … Elle permet également de produire les contractions de l’utérus au moment de l’accouchement.

Ces contractions continuent après l’accouchement, pour permettre à l’utérus de reprendre sa taille initiale.

Ce sont les fameuses tranchées…

Donc, il n’est pas rare que ces contractions « tranchées » aient lieu pendant la tétée, alors que le bébé stimule la sécrétion d’ocytocine.

En pratique c’est :
une quantité de lait adaptée pour deux enfants;
– la possibilité pour un enfant peu tonique de profiter du flux de lait déclenché par la succion de son jumeau;
– beaucoup de temps gagné pour la maman ;
– pour chacun une attention et la tendresse de la mère.

Le saviez-vous
Le maintien d’un bébé peau à peau contre sa maman – méthode kangourou – stimule la production hormonale nécessaire au bon établissement de la lactation. Elle est particulièrement indiquée chez les jumeaux prématurés ou de petit poids allaités.

FAIRE TÉTER LES ENFANTS À TOUR DE RÔLE RESTE INTÉRESSANT

L’allaitement à tour de rôle de chaque enfant respecte les rythmes de veille et de sommeil de chacun.

C’est possible si :
– les bébés ne tètent pas très souvent ;
– sont de bon poids à la naissance ;
– après quelques semaines d’allaitement.

S’il est utile de donner un complément de lait – lait maternel, hydrolysat ou lait artificiel – il est préférable d’avoir recours à un dispositif d’aide à l’allaitement, un biberon-tasse, une tasse ou une pipette afin de ne pas compromettre la technique de succion.

LA DOUBLE  STIMULATION EST VALABLE AUSSI POUR TIRER LE LAIT

Quand il est nécessaire de tirer le lait ( grande prématurité, séparation..) une stimulation bilatérale avec un appareil à double pompageou pendant la tétée de l’un des enfants est vivement conseillée.

En cas d’allaitement simultané la maman est souvent assise ou semi-assise.
Les bébés sont, par exemple, positionnés tous les deux en « ballon de rugby », soit l’un en position « classique » et l’autre en « ballon de rugby ».

Il existe de nombreuses autres variantes. Dans tous les cas, le recours à un coussin d’allaitement aide à l’installation et au maintien confortable de la position pendant toute la durée de la tétée.

La position allongée qui favorise le repos de la maman est plus difficile en cas d’allaitement simultané. Elle est plus adaptée à la tétée d’un seul enfant.

le soutien et l’accompagnement sont essentiels pour la réussite de l’allaitement des jumeaux d’autant plus que les bébés sont prématurés ou de faible poids de naissance.
Le partage, dès la grossesse, avec d’autres mamans, d’autres parents de jumeaux, ayant une expérience réussie est très profitable à la mise en place et à la poursuite de l’allaitement.

Auteur: Dr Marie Thirion